Émulsion sérigraphique et humidité de l’air

insoler un écran de sérigraphie

J’ai un problème que je n’arrive pas à résoudre, concernant l’insolation des écrans. Depuis quelques années, j’ai changé de laboratoire, en emportant avec moi tout l’équipement. Rien n’a changé, si ce n’est le taux d’humidité qui est très élevé dans le nouveau laboratoire. La gélatine semble ne plus sécher complètement, et, même en augmentant considérablement les temps d’exposition, elle part totalement lors du développement.
J’ai obtenu des écrans insolés, mais la gélatine sensibilisée, au contact de l’eau, ne reste pas totalement « insensible » : bien qu’elle ne se dissolve pas, elle redevient un peu visqueuse et glissante au toucher. Qu’en pensez-vous ?

Juste

Vous avez parfaitement identifié la cause de l’émulsion qui a du mal à sécher et qui disparaît lors du développement : il s’agit de l’humidité excessive. En effet, l’émulsion sérigraphique est hygroscopique et, par conséquent, a tendance à absorber l’humidité. Une simple journée pluvieuse parvient à en modifier le comportement, en le dégradant, même dans les environnements présentant une humidité normale.
Exemple typique : les micro-trous qui apparaissent après le développement, et qui doivent être retouchés, mais cela arrive seulement lorsqu’il pleut !

L’astuce que vous avez adoptée, chauffer l’écran avant de l’insoler, est tout à fait correcte et nous y avons recours nous aussi dans notre laboratoire lorsque le temps est humide. Cependant, si l’humidité est excessive, il s’agit d’un remède partiel.

Je ne pense pas que les écrans émulsionnés avec le Screen Sol 400 puissent être endommagés par l’humidité après leur développement : il s’agit d’une émulsion universelle, c’est-à-dire qu’elle ne craint pas l’eau après avoir durci.
Leur durée dans le temps ne devrait pas non plus subir les conséquences de l’humidité.
Vous pourriez à la rigueur les catalyser après le développement, mais de cette façon ils ne seraient plus récupérables, par conséquent je ne vous le conseille pas.

Outre l’astuce que vous avez adoptée, une action supplémentaire peut consister à déshumidifier au moins l’environnement où vous émulsionnez, insolez et développez vos écrans. Il n’est pas nécessaire de déshumidifier la pièce où vous imprimez.
Il existe des déshumidificateurs rudimentaires et économiques, qui consistent en de simples récipients remplis d’un sel spécifique (tout le sel est hygroscopique). Vous pouvez également utiliser un petit climatiseur : il a une fonction de déshumidification qui peut être utilisée sans pour autant rafraîchir l’atmosphère, et il est bien plus efficace.

DONNEZ VOTRE AVIS ET PARTAGEZ

Vous voulez nous poser une question?

ECRIVEZ ICI

Je voudrais personnaliser (avec logos et dessins) des raquettes de beach tennis en bois. Je voudrais savoir quelle est la...

On m’a toujours dit qu’il valait mieux le fixer sur le « côté » du cadre. Est-ce correct ? Marc La toile de...

Existe-t-il un tableau de conversion des mesh en fils/cm pour la toile de sérigraphie ? Antoine Étant donné que les mesh...

Je me suis relancé dans la sérigraphie et les produits ont bien changé. J'arrivais à enlever l'émulsion de l'époque avec...

Je voulais connaître la différence entre écran insolé et écran enduit et insolé. J’ai lu que l’écran insolé pouvait être...

Comment insoler un écran grand format ? Pouvez-vous me donner quelques conseils ? Simon   On peut très facilement insoler le grand...

Je m’occupe de la production de cassettes audio. J’ai besoin d’imprimer en une couleur sur ces dernières. Je voulais savoir...

Je dois insoler mes écrans avec une lampe halogène de 400 W située à 105 cm de la base, en utilisant la...

J’ai des problèmes avec l’émulsion QLT prête à l’emploi. J’ai effectué une insolation de 19 minutes à environ un mètre...